G. la déco vous dit tout sur les dernières tendances déco !

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

G. la déco présent sur les 48h déco les 3 et 4 novembre prochains au Grand Palais

20/10/2018

G. la déco présent sur les 48h déco les 3 et 4 novembre prochains au Grand Palais

Vous voulez des conseils déco ? Faire du home-staging dans le but de vendre votre bien immobilier trop "personnalisé ? Envie d'organiser une fête sans savoir vers qui vous tourner ? ...

 

G. la déco sera présent sur le salon 48h déco au Grand Palais les 3 et 4 novembre prochains. 

Je partagerai le stand B19 avec Alexis, de l'atelier d'Alexis, seul tapissier-designer du Vieux Lille qui cartonne depuis son ouverture.

L'occasion pour vous de venir à notre rencontre, de discuter avec nous, et de découvrir notre travail !

 

Retrouvez toutes les informations sur notre stand ICI et téléchargez vos entrées gratuites ICI.

Ce lien vous permet de télécharger une ou des invitation(s) gratuite(s) sans modération, alors n'hésitez pas !

 

Pour ma part je vous donne rendez-vous le samedi 3 ou le dimanche 4 novembre prochain.

Coup de coeur : l'expo Niki de St Phalle à Mons

05/10/2018

Coup de coeur : l'expo Niki de St Phalle à Mons

 

Première grande rétrospective de Niki de Saint Phalle en Belgique, l’exposition raconte comment son imagination sans limite et sa vision unique du monde lui ont valu une reconnaissance internationale et le statut d’artiste incontournable du XXe siècle.
Cette première rétrospective belge consacrée à l’œuvre de Niki de Saint Phalle (1930-2002) illustre les multiples façons dont l’artiste a concrétisé en 50 ans de carrière son désir de devenir l’égal des hommes, s’imposant finalement en tant qu’artiste dans une société et un monde de l’art jusque-là dominé par les hommes.
Son approche artistique décomplexée et libérée lui a permis de donner libre cours à son imagination sans limite comme à sa démarche artistique inventive, audacieuse, provocante et protéiforme (peinture, sculpture, performance, chantiers architecturaux, pièces de théâtre, cinéma…). Refusant de se laisser inféoder aux galeries et aux musées, elle a su tisser un lien avec le grand public, notamment en créant des œuvres devant un public et incitant l’assistance à y participer, ce qui lui a valu un grand retentissement médiatique.
Au BAM, plus de 140 œuvres présentées sur deux étages retracent chronologiquement l’évolution créatrice de l’artiste, de ses premiers assemblages et tableaux des années 1950 aux célèbres Tirs du début des années 1960, en passant par ses sculptures de mariées et de parturientes du milieu des années 1960 et ses Nanas, hymne à la féminité, restées emblématiques de son œuvre. L’exposition met aussi en évidence les préoccupations constantes de l’artiste : les enjeux sociopolitiques, la colère, la violence, la mythologie et les contes de fées, sans oublier la féminité. Et ce à travers les trois axes : personnel, politique et universel.
Bien entendu, l’exposition met en valeur les nombreux projets monumentaux imaginés par Niki de Saint Phalle. Trois œuvres sont installées dans le centre-ville : dans le jardin du BAM, au jardin du Mayeur et dans le parc du Beffroi. Ces grandes sculptures publiques habitent la ville et font ainsi le lien entre le musée et l’espace public, thématique si chère à l’artiste.

Première grande rétrospective de Niki de Saint Phalle en Belgique, l’exposition raconte comment son imagination sans limite et sa vision unique du monde lui ont valu une reconnaissance internationale et le statut d’artiste incontournable du XXe siècle.

 

Cette première rétrospective belge consacrée à l’œuvre de Niki de Saint Phalle (1930-2002) illustre les multiples façons dont l’artiste a concrétisé en 50 ans de carrière son désir de devenir l’égal des hommes, s’imposant finalement en tant qu’artiste dans une société et un monde de l’art jusque-là dominé par les hommes.
Son approche artistique décomplexée et libérée lui a permis de donner libre cours à son imagination sans limite comme à sa démarche artistique inventive, audacieuse, provocante et protéiforme (peinture, sculpture, performance, chantiers architecturaux, pièces de théâtre, cinéma…). Refusant de se laisser inféoder aux galeries et aux musées, elle a su tisser un lien avec le grand public, notamment en créant des œuvres devant un public et incitant l’assistance à y participer, ce qui lui a valu un grand retentissement médiatique.
Au BAM, plus de 140 œuvres présentées sur deux étages retracent chronologiquement l’évolution créatrice de l’artiste, de ses premiers assemblages et tableaux des années 1950 aux célèbres Tirs du début des années 1960, en passant par ses sculptures de mariées et de parturientes du milieu des années 1960 et ses Nanas, hymne à la féminité, restées emblématiques de son œuvre. L’exposition met aussi en évidence les préoccupations constantes de l’artiste : les enjeux sociopolitiques, la colère, la violence, la mythologie et les contes de fées, sans oublier la féminité. Et ce à travers les trois axes : personnel, politique et universel.
Bien entendu, l’exposition met en valeur les nombreux projets monumentaux imaginés par Niki de Saint Phalle. Trois œuvres sont installées dans le centre-ville : dans le jardin du BAM, au jardin du Mayeur et dans le parc du Beffroi. Ces grandes sculptures publiques habitent la ville et font ainsi le lien entre le musée et l’espace public, thématique si chère à l’artiste.

Cette première rétrospective belge consacrée à l’œuvre de Niki de Saint Phalle (1930-2002) illustre les multiples façons dont l’artiste a concrétisé en 50 ans de carrière son désir de devenir l’égal des hommes, s’imposant finalement en tant qu’artiste dans une société et un monde de l’art jusque-là dominé par les hommes.

 

A découvrir impérativement jusqu'au 13 janvier prochain au BAM à Mons.

 

Retrouvez toutes les informations. 

 

Son approche artistique décomplexée et libérée lui a permis de donner libre cours à son imagination sans limite comme à sa démarche artistique inventive, audacieuse, provocante et protéiforme (peinture, sculpture, performance, chantiers architecturaux, pièces de théâtre, cinéma…). Refusant de se laisser inféoder aux galeries et aux musées, elle a su tisser un lien avec le grand public, notamment en créant des œuvres devant un public et incitant l’assistance à y participer, ce qui lui a valu un grand retentissement médiatique.
Au BAM, plus de 140 œuvres présentées sur deux étages retracent chronologiquement l’évolution créatrice de l’artiste, de ses premiers assemblages et tableaux des années 1950 aux célèbres Tirs du début des années 1960, en passant par ses sculptures de mariées et de parturientes du milieu des années 1960 et ses Nanas, hymne à la féminité, restées emblématiques de son œuvre. L’exposition met aussi en évidence les préoccupations constantes de l’artiste : les enjeux sociopolitiques, la colère, la violence, la mythologie et les contes de fées, sans oublier la féminité. Et ce à travers les trois axes : personnel, politique et universel.
Bien entendu, l’exposition met en valeur les nombreux projets monumentaux imaginés par Niki de Saint Phalle. Trois œuvres sont installées dans le centre-ville : dans le jardin du BAM, au jardin du Mayeur et dans le parc du Beffroi. Ces grandes sculptures publiques habitent la ville et font ainsi le lien entre le musée et l’espace public, thématique si chère à l’artiste.
Cette première rétrospective belge consacrée à l’œuvre de Niki de Saint Phalle (1930-2002) illustre les multiples façons dont l’artiste a concrétisé en 50 ans de carrière son désir de devenir l’égal des hommes, s’imposant finalement en tant qu’artiste dans une société et un monde de l’art jusque-là dominé par les hommes.
Son approche artistique décomplexée et libérée lui a permis de donner libre cours à son imagination sans limite comme à sa démarche artistique inventive, audacieuse, provocante et protéiforme (peinture, sculpture, performance, chantiers architecturaux, pièces de théâtre, cinéma…). Refusant de se laisser inféoder aux galeries et aux musées, elle a su tisser un lien avec le grand public, notamment en créant des œuvres devant un public et incitant l’assistance à y participer, ce qui lui a valu un grand retentissement médiatique.
Au BAM, plus de 140 œuvres présentées sur deux étages retracent chronologiquement l’évolution créatrice de l’artiste, de ses premiers assemblages et tableaux des années 1950 aux célèbres Tirs du début des années 1960, en passant par ses sculptures de mariées et de parturientes du milieu des années 1960 et ses Nanas, hymne à la féminité, restées emblématiques de son œuvre. L’exposition met aussi en évidence les préoccupations constantes de l’artiste : les enjeux sociopolitiques, la colère, la violence, la mythologie et les contes de fées, sans oublier la féminité. Et ce à travers les trois axes : personnel, politique et universel.
Bien entendu, l’exposition met en valeur les nombreux projets monumentaux imaginés par Niki de Saint Phalle. Trois œuvres sont installées dans le centre-ville : dans le jardin du BAM, au jardin du Mayeur et dans le parc du Beffroi. Ces grandes sculptures publiques habitent la ville et font ainsi le lien entre le musée et l’espace public, thématique si chère à l’artiste.

Nouveau concept : Anthony Sika se rapproche de ses clients !

14/09/2018

Nouveau concept : Anthony Sika se rapproche de ses clients !

A partir de demain, vous pourrez découvrir les collections d'Anthony sur son site, commander et demander une livraison à partir du jeudi 20 septembre : par un simple appel ou en quelques clics, vous choisirez facilement le produit qui vous fait envie parmi un large choix de bouquets, compositions, plantes et décorations visibles dans l'onglet COLLECTIONS.

 

UN FLEURISTE 2.0

 

Si la boutique n'est plus, toutes les créations, réalisées à la demande, seront toujours de qualité, fraîches, et conçues avec le savoir-faire d'Anthony.
En somme rien ne change, sauf vous faire gagner du temps !


ET POUR RECUPERER SES ACHATS ?...

 

Ou vous récupérerez vos commandes facilement dans un des points relais sélectionnés par Anthony dans la métropole lilloise, près de chez vous, ou vous demandez une livraison à domicile, au bureau ou sur le lieu d'une cérémonie...

... du jeudi au samedi.

 

"Mon souhait : continuer à fournir un service irréprochable comme celui que mes clients ont toujours connu !", dit Anthony : belle réussite à lui dans cette nouvelle aventure !

 

Vous souhaitez contacter Anthony : cliquez ICI.

N'hésitez pas à suivre sa page Facebook.

G. la déco dans Lille Actu

06/09/2018

G. la déco dans Lille Actu

... Retrouvez le ici.

 

 

C'est la rentrée...

03/09/2018

C'est la rentrée...

Les vacances sont finies, vos bambins ont rejoint ce matin les bancs de l'école !

 

Et ces vacances ont été longues ! Ils ont peut-être écrit sur les murs ? Dessiné sur le canapé ? Cassé votre vase préféré ? Ou peut-être qu'ils ont été très sages et que vous en avez profité pour feuilleter le papier glacé des magasines de décoration sur votre transat...

 

Dans tous les cas, vous voulez changer de déco, mais... vous ne savez pas faire ! 

 

Une solution : G. la déco !

Et surtout bonne rentrée à tous et toutes !